Marche-meeting du 18 janvier au Burkina : un défi à la force ?

Article : Marche-meeting du 18 janvier au Burkina : un défi à la force ?

Marche-meeting du 18 janvier au Burkina : un défi à la force ?

Ce 18 janvier 2014, à l’appel d’un mot d’ordre du CFOP (Chef de file de l’opposition politique) relayé et suivi par plusieurs mouvements et associations de la société civile, dans 8 régions du Burkina Faso et au même moment la manifestation a commencé. Toutes les couches de la société étaient représentées dans la rue pour une marche-meeting de protestation contre le pouvoir.

18 JANVIER 2014
Une foule de manifestants à Ouagadougou

La marche-meeting de Ouagadougou

A Ouagadougou, sous une pluie fine, la place de la Nation a drainé et refusé du monde. La marche débute autour de 10 h 15 (temps universel). Une marée humaine estimée à plusieurs centaines de milliers de personnes, beaucoup plus importante que lors des  précédentes marches du 29 juin et 28 juillet 2013. La surprise de la journée fut la participation à cette manifestation des désormais ex-militants du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès) à savoir : Rock Marc Christian Kaboré (ancien président de l’Assemblée nationale), Simon Compaoré (ancien maire de Ouagadougou), Victor Tiendrebeogo (ancien député CDP) qui cherchent maintenant une place dans l’opposition. Au retour, place au meeting pour les allocutions des différents responsables des partis d’opposition membre du CFOP, de la société civile, le tout accompagné par des prestations d’artistes. Le Chef de file de l’opposition Zepherin Diabré, Sara Seremé, Smockey du Balai Citoyen et bien d’autres ont pris tour à tour la parole sur l’estrade, recevant les ovations et acclamations de cette immense foule d’un samedi particulier.

Cet évènement s’inscrit dans la ligne des vents de protestation qui soufflent au Burkina Faso depuis la mise en place du CCRP (Conseil consultatif sur les réformes politiques) d’où a émané l’idée de l’instauration d’un Sénat qui fut inscrit par la suite dans la loi fondamentale.

 Le ras-le-bol clairement exprimé 

Les mots d’ordre étaient clairement affichés. Il s’agit principalement de la suppression du Sénat, de la non-modification de l’article 37 de la Constitution qui interdit au président du Faso de se représenter pour un autre mandat en 2015 et de la dénonciation de la politique du gouvernement. Plusieurs autres revendications dont la vie chère, la lutte contre la corruption, le chômage des jeunes, la justice, les « airs hautains » de François Compaoré, frère cadet du président de la République. Blaise Compaoré lui aussi a été ciblé. Les slogans fusaient de partout et les pancartes, nombreuses et variées, parlaient d’elles-mêmes.

Arrêt sur quelques messages de manifestants

« Blaise Compaoré avez-vous consulté le peuple en 1987 ? », « Blaise dégage », « gouvernement sauve-souris nous ne t’aimons pas », « non aux tentatives démocraticides », « ne touche pas à ma Constitution », « un WC public vaut mieux que le Sénat », « où est passé l’or du Burkina ? ». « Blaise dit seulement une seule phrase : je ne serai pas candidat en 2015. Et le Burkina est sauvé », « FEDAP / BC : Fédération pour pilleurs de biens communs », « 1987-2014 : 27 ans de mensonges. Bilan : médiations », «l’ harmattan noir : Blaise quitte le pouvoir », « l’exemple sénégalais se produira au Burkina en 2015, « à bas les lézards de mauvais augure », « non au pouvoir à vie des franc-maçons » etc.

Le gouvernement à travers son Service d’information (SIG) a aussitôt réagi ce dimanche 19 janvier 2014 en se félicitant que les  manifestants se soient exprimé dans « le respect de l’ordre dans les différentes villes où ils ont prononcé des discours et évoqué leurs préoccupations ». Le gouvernement  se dit par ailleurs prêt  « au dialogue dans le cadre républicain, la tolérance et le respect des différences politiques ». En tout cas, une alerte forte a été lancée de ce que sera la suite des évènements dans les mois à venir.

 

Partagez

Commentaires

Armand
Répondre

Salam! Ismaël. Beau texte. Le défi est vraiment lancé. Que Blaise dégage s'il aime vraiment son peuple comme il le prétend parce que ce peuple là lui demande de partir!

Ismaël COMPAORE
Répondre

Armand, avec cette mobilisation un message fort a été lancé au régime en place et en particulier au chef de l’État. Merci d'être passé!

mandobiga
Répondre

Bel article!
Avec un peuple conscient et prêt a relever de grand défit comme celui que nous avons vu le samedi 18 janvier 2014,l'alternance naitra au BURKINA FASO.

Ismaël COMPAORE
Répondre

Merci Mandobiga d'être passé. Ce 18 janvier, le peuple burkinabè a témoigné sa soif d'alternance.

Bouba
Répondre

Le communiqué du service d'information du gouvernement m'a surpris. Au moins, cela tranche avec ce qu'ils ont l'habitude de faire. Je pense que les démissions de Roch Marc Christian Kaboré et Salif Diallo ont rendu cette mobilisation encore plus grandiose à mon avis.

Ismaël COMPAORE
Répondre

Ce communiqué a été une vraie surprise. Moi je m'entendais à ce qu'il dise qu'il y a eu des centaines de manifestants comme les fois passés. Mais vraiment il ne pouvait plus au risque d’essuyer encore plus la colère des populations. Les démissionnaires du CDP on également joué leur rôle effectivement. Merci d'être passé Bouba!